Introduction générale à l’histoire 

Le découpage des périodes historiques peut varier d’un pays à l’autre.

Pour la France :

- la Préhistoire qui recoupe les premières occupations humaines avant l’invention de l’écriture.

Après l’invention de l’écriture, c’est l’Histoire qui se divise en 4 périodes :

- l’Antiquité, de l'apparition de l'écriture jusqu'à la mort de Théodose Ier en 395 après J.C ou la chute de l'Empire romain d'Occident en 476 après J.C ;

- le Moyen Âge entre l’Antiquité et la Renaissance, soit de 395 après J.C ( ou 476 ) jusqu'à la chute de Constantinople par les Turcs en 1453 ou la prise de Grenade et la découverte de l'Amérique en 1492 ;

- l’Histoire Moderne s’étend du XVI au XVIIIe siècle jusqu’à la Révolution française ;

- l’Histoire Contemporaine commence en 1789 et dure jusqu’à nos jours.

Dans la terminologie universelle des historiens – à l'exception des historiens français – l'Époque contemporaine couvre toujours les derniers 75 ans environ avant le présent dans le sens où vivent encore des témoins, des contemporains de ces évènements . La lecture actuelle du mot « contemporain » par les historiens français est au sens où les événements qu'elle couvre ont des conséquences directes sur le monde actuel.

 

La Préhistoire recoupe les premières occupations humaines avant l’invention de l’écriture.

Le début de la période moderne, du 15e et au 17e siècle, coïncide pour la ville de Bordeaux et ses environs au basculement de la domination anglaise vers la domination française (1453).
C'est une époque de profonds bouleversements dans tous les domaines :
- dans le domaine politique, les larges libertés obtenues  lors de la période anglaise sont confrontées à la mise en place d'un État puissant dans le royaume de France,
- dans le domaine économique, les relations privilégiées avec l'Angleterre, notamment dans la vente du vin, sont fragilisées,
- dans le domaine culturel, Bordeaux et sa région participent aux évolutions de la Renaissance avec le développement de l'humanisme (illustré par Montaigne et La Boétie) et la division du christianisme (importance des guerres de religion dans le sud-ouest de la France)
Cela explique l'agitation que connaît la cité bordelaise durant les deux premiers siècles de la période moderne : en 1548, une grande révolte oppose les Bordelais au pouvoir royal.
À la suite de la jacquerie des pitauds, la population se révolte contre la fiscalité (impôts des cinquante mille hommes de pied) et pour les libertés publiques. Les insurgés encerclent le 21 août le fort du Hâ et le château Trompette. Ils massacrent le gouverneur du roi Tristan de Moneins et vingt officiers des gabelles. Le roi Henri II ordonne au connétable Anne de Montmorency une répression exemplaire.
La cité de Bordeaux perd ses privilèges. Elle est désarmée, verse une amende et son parlement est suspendu. En ville, 140 personnes sont condamnées à mort. La répression s’étend ensuite dans les campagnes alentours où l’on pend les meneurs. Néanmoins, en 1549, Henri II amnistie la cité. Ces événements ont inspiré à Étienne de la Boétie son Discours de la servitude volontaire.
Quinze ans plus tard, Bordeaux est touchée par les guerres de religion.
En 1562, Duras, capitaine protestant, échoue à prendre le château Trompette, avant d’être battu dans le Périgord par Monluc. Charles IX entre dans la ville le 9 avril 1565 lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine. Ce voyage est entrepris pour apaiser les guerres de religion.

Les protestants ont été éliminés de Bordeaux, et un syndicat ou ligue de bourgeois se met en place dès 1563 pour conserver la religion catholique.
Le massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572 à Paris) se répète à Bordeaux le 3 octobre, où les protestants sont exterminés, le Parlement ayant planifié les opérations et les massacreurs étant excités par les prêches des prêtres catholiques. Le lieutenant du roi tente d’empêcher les tueries, mais le maire laisse faire, le bilan s'élève à 200 ou 300 morts.
En 1585, Montaigne est élu maire de Bordeaux par les Jurats. La ville s'apaise et trouve une nouvelle source de profit dans le commerce du pastel de Garonne.

Pendant les luttes de la Fronde entre la noblesse française et le roi, les bourgeois bordelais forment l'Assemblée de l'Ormée.
Ce n'est qu'en 1653, que Bordeaux est soumise par les armes et que le jeune Louis XIV y fait une entrée solennelle.
En 1675, les parlementaires laissent se développer la révolte du papier timbré, provoquée par une hausse des impôts. Le Parlement est exilé plusieurs années à Condom, et la ville doit loger à ses frais plusieurs régiments. Alors que la fonction de commissaire de police est supprimée après cette révolte, progressivement, une « police de proximité » se met en place, En effet, depuis le XVIème siècle à Bordeaux, les jurats ont créé la fonction de « dixainier », chargés de dénoncer au Jurat les contraventions aux ordonnances de police (« pour le nettoiement des rues, le port d'armes, et tardivement la déclaration des étrangers » à la ville).

Depuis une ordonnance royale du 5 mai 1674, les dixainiers doivent veiller à ce que les habitants et hôteliers déclarent bien au Jurat les étrangers qu'ils hébergent.

La Première Guerre mondiale.

Surnommée la Grande Guerre, c'est un conflit militaire majeur qui eut lieu de 1914 à 1918, surtout en Europe de l'ouest et en Europe orientale et balkanique.

C'est une guerre qui a concerné la plupart des pays de l'époque ( France et ses colonies, Royaume-Uni, Russie, Japon, Etats-Unis), et a mérité le nom de guerre mondiale. C'est aussi une guerre qui a engagé des soldats venant de l'ensemble de la population (la plupart des familles avaient un ou plusieurs membres qui y ont participé) et dans laquelle tous les efforts d'un pays étaient engagés : c'est une guerre totale.

Au bilan, il y a environ 10 millions de morts (presque exclusivement des civils), dont 1,4 million de Français et 1,8 million d'Allemands. Il y a aussi 21 millions de blessés (dont certains au visage, qu'on surnomme à l'époque les « gueules cassées »). En France et en Belgique, dans les régions où les combats se sont fixés pendant près de quatre ans, les dégâts matériels sont considérables. Le moral des populations est très touché. Les personnes qui ont subi cette guerre espèrent que c'est la « Der des Der ».

Les hommes de notre canton ont été, comme dans tout le pays, largement mobilisés et entrainés dans ce conflit qui les a conduits loin de leur région. Les morts ont été recensés, parfois avec des erreurs, mais on n’a guère parlé des blessés, des gazés, des infirmes, des traumatismes de toute sorte, ni de la désorganisation de la vie sociale et du rôle des femmes remplaçant leurs hommes...

Vous trouverez sur le site le recensement des morts de chaque commune et des faits racontés par les survivants.

Le bilan humain de la guerre.

Militaires : Tués: 9 750 000, dont : Allemagne 2 040 000 ; Russie 1 810 000 ; France 1 350 000 ; Autriche-Hongrie 1 100 000 ; Royaume-Uni 850 000 ; Empire ottoman 900 000 ; Italie 650 000 ; Serbie 450 000 ; Roumanie 250 000 ; États-Unis 120 000.

Total alliés : 5 700 000. Empires centraux : 4 020 000

Blessés : 21 250 000, dont : Russie 5 000 000 ; France 4 270 000 ; Allemagne 4 250 000 ; Autriche-Hongrie 3 600 000 ; Royaume-Uni 1 600 000 ; Italie 950 000 ; Empire ottoman 400 000 ; États-Unis 210 000 ; Bulgarie 152 000.

Civils : Tués: 8 800 000, dont : Empire ottoman 4 200 000, dont environ 1 500 000 Arméniens victimes du génocide turc ; Russie 1 500 000 ; Serbie 800 000 ; Italie 600 000 ; Autriche-Hongrie 460 000 ; Allemagne 420 000 ; France 300 000.

Extrait du dossier Sud-ouest, Hors-série octobre 2014.

La Seconde Guerre mondiale.

Conflit planétaire qui, de 1939 à 1945, opposa les puissances démocratiques alliées (Pologne, Grande-Bretagne et pays du Commonwealth, France, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Belgique, Yougoslavie, Grèce, puis URSS, États-Unis, Chine, et la plupart des pays de l'Amérique latine) aux puissances totalitaires de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon et leurs satellites, Hongrie, Slovaquie, etc.). La Seconde Guerre mondiale, qui coûta la vie de plus de 40 millions de personnes, a duré six ans, du 1er septembre 1939, date de l'agression allemande contre la Pologne, au 2 septembre 1945, jour où le Japon capitula. Circonscrite à l'origine à l'Europe, elle devient véritablement mondiale avec l'entrée dans la guerre, en 1941, de l'URSS, du Japon et des États-Unis. Le nombre des belligérants, la nature et la puissance des moyens mis en œuvre, le caractère idéologique du conflit donneront plus d'ampleur encore à cet affrontement qu'à celui de 1914-1918. Conflit planétaire qui, de 1939 à 1945, opposa les puissances démocratiques alliées (Pologne, Grande-Bretagne et pays du Commonwealth, France, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Belgique, Yougoslavie, Grèce, puis URSS, États-Unis, Chine, et la plupart des pays de l'Amérique latine) aux puissances totalitaires de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon et leurs satellites, Hongrie, Slovaquie, etc.).

La Seconde Guerre mondiale a beaucoup marqué notre territoire. C’est la première fois depuis fort longtemps qu’un occupant ennemi est venu écraser de sa puissance une terre pacifique et plutôt sans histoires.

Vous trouverez des articles concernant chaque commune, les monuments aux morts et des faits relatant cette période, qui par ailleurs a été longuement étudiée par Catherine Bret-Lépine et Henri Bret dans un ouvrage récent : Années sombres à Blanquefort et dans ses environs, Publications du G.A.H.BLE, 2009, 300 pages.

La guerre d’Algérie.  

Cette guerre (1954-1964), longtemps niée, car on ne parlait pudiquement que des « événements », a fortement marqué les jeunes de 20 ans qui ont effectué tout ou partie de leur service militaire comme appelés du contingent pour seconder les troupes de l’armée française.

Peu de traces écrites de cette tragédie dont on sait qu’elle a été traumatisante pour ces jeunes, peu et mal préparés à affronter la réalité sociologique et géopolitique de la décolonisation en Algérie, compliquée il est vrai par la forte présence des pieds-noirs.

Il reste à écrire sur cette guerre, recenser les anciens du contingent qui sont allés là-bas, recueillir leur expérience, mais le silence a recouvert les chocs psychologiques reçus pendant les longs mois passés, de 12 à 24 ou même 28 mois pour un bon nombre d’entre eux.

Présentation du Médoc.

Le Médoc est porteur d’une forte identité locale due notamment à son histoire ainsi qu’à ses multiples facettes.

* Localisation.

C'est une véritable presqu'île, délimitée à l’ouest par l’océan atlantique (environ 88 km de côte océanique) et à l'est par l’estuaire de la Gironde. Sa limite nord est naturellement délimitée par l’embouchure au niveau de laquelle la Gironde se jette dans l’océan Atlantique, entre Le Verdon et Royan. Par contre, sa limite sud est plus arbitraire : officiellement, le Médoc prend fin à la Jalle de Blanquefort, appelée aussi Jalle noire. Cette limite inférieure passe également par Le Porge et prend fin au niveau de la réserve naturelle des marais de Bruges.

* Origines du nom.

L’ancien nom du Médoc est Meduli litus. Deux grandes théories s’affrontent quant à l’origine de ce nom. L’une soutient la thèse de la traduction latine qui signifierait littéralement « entre deux bords » faisant ainsi référence à la situation géographique du Médoc pris entre les bords de l’Atlantique et ceux de la Gironde.

L’autre thèse, soutient que l’origine de ce nom viendrait du peuple gaulois, les Médulles ou Medulli, une tribu de montagnards, dont une branche aurait pris ses quartiers dans le Médoc au 1er âge du fer. « Meduli litus », donna pendant longtemps, le nom de méduliens/méduliennes aux habitants du Médoc. Transformé peu à peu en médoquin/ médoquine (en gascon médouquî, -ina), les habitants du Médoc portent désormais le nom (généralisé par homophonie) de médocains. Enfin, on note aussi comme origine probable, le nom latin « in medio aquae » qui signifie « au milieu des eaux ».

* Historique.

Le Médoc est une terre chargée d’histoire. Toutefois beaucoup d'hypothèses sont énoncées : en effet, peu de traces d’occupation d’un peuple préhistorique n’ont été retrouvée. Les hommes du Paléolitique (jusqu'à -7 500 ans) n’ont laissé que d’infimes traces de leur implantation en Médoc.
De part son climat et sont paysage, le Médoc offrait aux hommes préhistoriques un relief pauvre et plat, sans grottes ou autres abris. Ce n’est qu’après la période glaciaire, avec la modification du paysage médocain, le réchauffement des températures et la montée des eaux qui ont progressivement formés la presqu’île de Médoc, que les peuples trouvent en Médoc une terre d’accueil. Au début de l’âge du métal (appelé aussi protohistoire), le Médoc a révélé ses capacités et la richesse de son sol. Riche en gisements à l’âge du bronze (-1 800 à -725), le Médoc devient ainsi propice aux créations en tous genres (sculptures, etc.)

De nombreuses fouilles, notamment à Soulac, révèlent une forte activité liée au bronze avec entre autres la découverte du célèbre Sanglier de Soulac. La période de l’âge de fer (-725 jusqu'à -25) fût également une période importante dans le développement des terres méduliennes avec notamment l’installation du fameux peuple des Médulles (Medulli). Juste avant la romanisation, le Médoc épargné par la guerre des Gaules cohabite avec un peuple Celte : les Bituriges Vivisques (en latin : Bituriges Vivisci). Ce peuple celte occupait toute l’embouchure de la Gironde, Bordeaux (aciennement Burdigala, du latin « gala » = lieu gaulois et « burdi » = fer) était alors leur chef-lieu. Ces derniers ont fondé en Médoc la ville gallo-romaine de Noviomagus, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui sur le site archéologique de Brion, à Saint-Germain-d’Esteuil. La romanisation fût profitable au Médoc. C’est lors de cette période que les romains ont introduit la viticulture, le commerce du vin était né ! Depuis ce temps là, le médoc s'illustre à travers le monde de part ses vignobles, des plus connus aux plus typiques...

* Paysages Médocains.

Le Médoc se présente sous différents visages. Trois grands types de paysages se partagent la presqu’île offrant ainsi de nombreux environnements aussi riches que contrastés.
- le Médoc viticole. Fort de son histoire, le Médoc est aujourd’hui l’un des vignobles les plus connus au monde.
Dans le prolongement du vignoble Bordelais on trouve sur les coteaux de la Gironde d’immenses surfaces viticoles qui font le charme et la renommée de la région.

- la Lande médoquine. Traditionnellement appelée « pinède », les forêts du Médoc s’étendent sur des hectares entiers essentiellement boisés de pins maritimes. Officiellement rattachés aux Landes de Gascogne, ces terrains étaient à l’origine pour la plupart impropres à toute culture et essentiellement marécageux. Le 19 juin 1857, une loi ordonne l'assainissement et la mise en culture des Landes de Gascogne. Cette loi impose aux communes des départements de la Gironde de boiser leurs terres. De cette loi découlera donc l’assèchement d’une grande partie des marais médocains créant ainsi une activité forestière d'autant plus en Médoc, qui exploitait déjà depuis très longtemps le pin maritime notamment pour sa résine.

- le littoral médocain. Autre visage, loin des vignobles, les plages du Médoc s’étendent sur près de 90 km de long baignées par l’océan Atlantique et constituent une grande partie de la côte d'Argent. Cette large bande de sable a permis, au cours de l’histoire, la création d’une dizaine de stations balnéaires plus ou moins anciennes qui révèlent toutes un visage unique. Grâce à sa situation géographique le littoral médocain offre de puissantes vagues propices à la pratique du surf, du bodyboard ainsi que de multiples autres sports nautiques. Le Médoc est aussi un des hauts lieux du naturisme notamment grâce au centre Hélio-marin de Montalivet, premier domaine de vacances naturistes familiales au monde et de son homologue le centre naturiste d'Euronat à Vensac.

Au-delà des plages, se présente au milieu des bois, de nombreux lacs et étangs qui hébergent une flore et une faune typique.

texte issu de http://www.guide-medoc.com/historique-medoc.html

Il existe aussi, sur la côte Atlantique, entre le vert de la nature, et le bleu de l’eau, un resort naturiste, La Jenny, avec toutes les infrastructures pour les vacances. 

Inventaire de différentes cartes consultables sur internet.

CARTE DE MASSE.

Echelle 1/28800. Début du 18ème siècle

Claude Masse (1652-1737) est un ingénieur géographe connu pour ses plans de fortifications et ses travaux en Charente. Après des relevés sur le terrain, effectués entre 1707et 1709, il a dessiné une carte de l'ensemble du Médoc à l’échelle de trois lignes pour 100 toises, soit 1/28 800. Il s’agit d’une carte en 13 feuilles, à l’échelle de « 3 lignes pour 100 toises » soit 1/28.000. C’est une carte manuscrite en couleurs, elle peut être consultée à la Bibliothèque municipale de Bordeaux. Lorsqu’il effectuait ses relevés sur le terrain, Masse notait sur des carnets toutes ses observations, y compris son jugement sur les peuplades locales aux mœurs plutôt rudes. Cette carte est digne d'intérêt car c'est la première carte à grande échelle de la région. Seuls, les reliefs importants sont figurés. Ce sont les lignes de coteaux bordant la Jalle et ses affluents, et d'autres moins évidentes sur le terrain. Si le dessin de la Jalle est très précis, celui des ruisseaux est souvent approximatif. Il n'y a aucune différence entre les chemins les plus importants et les autres, ce qui donne un réseau assez confus. Cette carte étant antérieure à la construction des routes de Tourny, elle montre les tracés des anciennes voies. Les bois, près et vignes sont parfois mentionnés. Les toponymes sont souvent approximatifs.

CARTE DE BELLEYME.

Echelle 1/43200. Seconde moitié du 18ème siècle.

Pierre de Belleyme (1747-1819) est un ingénieur géographe du roi Louis XV. En 1761, un arrêt du Conseil du Roi ordonne le levé de la Carte de la Guyenne, aux frais de la province. L’entreprise cartographique confiée à Pierre de Belleyme qui laissera son nom à la carte. Les levés, effectués de 1761 à 1774, au 1/43 200ème à une échelle double de celle de la Carte de Cassini, permettent de soigner la partie topographique du travail : la légende différencie les routes et les chemins ; elle distingue les forêts et les bois, les châtaigniers, les « pinadas », les landes, les marais et les dunes de sable. Le réseau hydrographique est soigneusement étudié.

CARTE DE CASSINI.

Echelle 1/86400. Seconde moitié du 18ème siècle.  

La carte de Cassini ou carte de l'Académie est la première carte générale et particulière du royaume de France. Il serait plus approprié de parler de carte des Cassini, car elle fut dressée par la famille Cassini, principalement César-François Cassini (Cassini III) et son fils Jean-Dominique Cassini (Cassini IV) au 18ème siècle. L'échelle adoptée est d'une ligne pour cent toises, soit une échelle de 1/86400 (une toise vaut 864 lignes). Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. Les trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail.

ATLAS DE TRUDAINE.

Echelle 1/8600. Seconde moitié du 18ème siècle.

Les atlas dits « de Trudaine » furent élaborés au 18ème siècle, à l’instigation de l’intendant, Daniel-Charles Trudaine,  puis directeur des Ponts et Chaussées qui leur laissa son nom. Le but était de dresser une carte générale des routes royales de France. Les travaux de levé prirent quelque trente-cinq années, s’étalant de 1745 à 1780 environ. Chaque route royale fit l’objet d’un dessin précis, incluant en outre toutes les constructions existant sur une étendue de six lieues de part et d’autre de la chaussée : pont, moulin, ferme, grange, hameau, ville.

CARTE D’ETAT-MAJOR au 1/80000.

Echelle : 1/80000. 1818-1875.

Cette carte succède à la  carte de Cassini. La carte d'État-major est une carte générale de la France réalisée, dans sa première version, entre 1818 et 1875. Pour la première fois, des mesures précises d’altitude sont effectuées. Même si la figuration rationnelle du relief reste la grande nouveauté par rapport à la  carte de Cassini, il n'en demeure pas moins que, malgré la présence de points côtés sur la carte, on ne peut donner l'altitude exacte d'un point quelconque du document final.

Elle doit son nom au fait qu’elle était destinée avant tout aux militaires ; la couverture des régions frontalières a été prioritaire, celle du Sud-ouest plus tardive.

CARTE D’ETAT-MAJOR au 1/50000.

Echelle : 1/50000. 1898.

À partir de 1898, la carte d’état-major est éditée à l’échelle 1/50000 qui en simplifie l’utilisation : 1 centimètre y représente 500 mètres. Dans ses premières éditions, le relief est toujours représenté par des hachures. Mais cette carte évolue : en 1900 elle est en couleurs, en 1922, le relief est figuré par des courbes de niveau qui permettent de déterminer l’altitude de chaque point.

CADASTRE NAPOLEONIEN.

Echelle 1/2500. 1808-1812.

Le cadastre est un système d'évaluation et de définition des propriétés foncières servant de base à l'assiette fiscale de l'impôt foncier et à sa juste répartition. Il indique, pour chaque commune du territoire, l'emplacement, la surface et la valeur de tout bien foncier. Il est instauré sous Napoléon 1er par la loi du 15 septembre 1807 mais sa mise en œuvre peut être plus tardive.

Le cadastre se compose de trois éléments : le plan parcellaire ou plan cadastral : - découpage de la commune en sections et en parcelles, - les états de section : répertoire des propriétaires, nature des sols (cultures), toponymie au moment de l'établissement du cadastre, - la matrice des propriétés bâties et/ou non bâties : enregistrement des modifications et des mutations relatives aux biens fonciers.

Les plans cadastraux "napoléoniens" de la Gironde, conservés aux Archives départementales, ont fait l'objet d'une numérisation intégrale et sont consultables sur internet.

« Vers un désastre climatique ? Du 17ème au 21ème siècle, l’histoire du climat montre que les soubresauts sociopolitiques sont liés à la courbe thermique ». Tel est le titre d’un article d’Emmanuel Le Roy Ladurie, paru dans le journal le Monde du 4 décembre 2011. Il pense avec l’historien américain Geoffrey Parker que « le réchauffement climatique d’aujourd’hui va s’accompagner en diverses régions de la planète, de guerres, de trouble sociaux graves… »

Cet auteur a étudié le petit âge glacière du 17ème siècle et plus précisément des années 1640 où se sont produits des accidents météo à répétition, entrainant famines, migrations et guerres civiles et étrangères dans le monde entier ; par exemple, en France l’accumulation du froid lors du siècle de Louis XIV de 1687 à 1701 a provoqué des famines, succédant aux millésimes ensoleillés de 1676 à 1686.

C’est en 1967 qu’Emmanuel Le Roy Ladurie ouvrit la voie à cette discipline nouvelle en publiant sa célèbre « Histoire du climat depuis l’an mil (Flammarion). Les canicules furent autrement plus meurtrières que celle de 2003 : en 1719, un été sec et brulant tue non pas 15 000, mais 450 000 personnes sur 22 millions de sujets de Louis XV, en plus de la mortalité d’année normale. Il s’agissait alors non pas de vieilles personnes, mais de bébés et d’enfants. L’histoire officielle n’en a jamais parlé de ce massacre des innocents ; les nappes phréatiques et les fleuves devenaient très bas, l’eau était infectée, on la buvait pourtant. D’autres dysenteries, nées de canicules du même genre, sont répertoriées en 1706 et 1747 et firent chaque fois 200 000 morts… Ce n’est pas le roi, ses maitresses et ses ministres qui ont comploté contre le peuple, c’est le résultat d’une météo défavorable au blé semé, puis poussé puis coupé. Le manque de farine s’explique par le déluge pluviométrique qui a anéanti les moissons. Parmi les mille « causses » de la révolution française figure la canicule de 1788 : récolte échaudée, pain hors de prix, émeutes contre les « affameurs du peuple »… d’après un article d’Emmanuel Le Roy Ladurie, paru dans le journal le Monde du 1 février 2006.

On peut encore citer la grande famine de 1693, extraordinaire catastrophe nationale préparée par des abats d’eau incessants et par une pluviométrie trop considérable dès l’été et l’automne 1692. Bilan de ces années diluviennes, famineuses et du coup épidémiques en 1693 : 1 300 000 morts supplémentaires sur une population de 20 millions de personnes… Des grands hivers, celui de 1709 reste le plus considérable qu’on ait eu en Europe depuis cinq cents ans. Il a déclenché la famine par destruction des blés en herbe en raison du gel, provoquant de la sorte par ricochets divers, 600 000 morts additionnels en France, morts un peu de froid, un peu plus souvent de faim, mais surtout à cause des épidémies collatérales, typhus, dysenterie, fièvres, etc. d’après un article d’Emmanuel Le Roy Ladurie, paru dans le journal le Monde du 25 octobre 2006.

L’étude de la mortalité corrobore cette étude climatologique et bien des généalogistes sont terriblement émus quand ils relèvent les nombreux décès d’enfants dans ces années-là…

Introduction à la géographie humaine 

Nous proposons l’étude du déroulement de la vie à travers le changement de l’espace, comment nos ancêtres ont structuré leur village en tenant compte des réalités géographiques dans lesquelles ils vivaient dans les rubriques suivantes :
- le peuplement,
- la démographie et les recensements,
- la toponymie,
- la voirie,
- les transports,
- l’économie.


« La géographie humaine est l'étude spatiale des activités humaines à la surface du globe, donc l'étude de l'écoumène, c'est-à-dire des régions habitées par l'homme.
Cette branche de la géographie est donc par définition une science humaine.
Ses domaines sont très variés et font appel aussi bien à la démographie, à la sociologie, à l'économie, à l'histoire, au droit ou encore à la politique.

La géographie humaine comprend elle-même de nombreuses spécialités :
- la géographie de la population
- la géographie rurale
- la géographie urbaine
- la géographie sociale
- la géographie économique
- la géographie des transports
- la géographie politique
- la géographie culturelle
- la géographie religieuse ».

Les autres rubriques seront abordées dans le chapitre de la population : vie culturelle, vie politique, vie religieuse, loisirs, la langue.

Comment nos ancêtres ont structuré leur village en tenant compte des réalités géographiques et des évolutions politiques dans lesquelles ils vivaient.

 

La toponymie.

L'onomastique girondine charrie des alluvions apportées par toutes les langues parlées sur notre sol depuis les lointains temps préhistoriques. Et le linguiste prudent reste bien souvent incapable de donner une interprétation sûre des noms de lieux les plus anciens. La plus riche série remontant à l'époque préceltique est constituée par les noms de lieux habités terminés par le suffixe « aquitain » -os, nombreux dans la moitié sud du département: Andernos, Auros, Bernos, Budos, Guillos, Insos, Lados, Mios, Saumos, etc. Les radicaux s'expliquent par des noms d'hommes d'après G. Rohlfs.

Les noms de rivières, pour la plupart très anciens, sont autant d'énigmes pour le chercheur. Tout au plus peut-on reconnaître la racine dur, qui signifie peut-être simplement « eau » ou « masse d'eau », dans Durèze, Dourdèze (comme dans Dordogne, Dronne et Dropt). La Barbane et la Barbouse semblent tirer leur nom d'une racine barb-, variante de borb- « bouillonnement d'eau ». Et la Leyre landaise pourrait être un homonyme de la grande Loire (Liger, nom contenant une racine de sens inconnu). Le nom de la colline de la Roque de Thau en Bourgeais s'explique sans doute par la base préindoeuropéenne taur « montagne ». Quant aux noms de villes venus de cette époque, ils sont encore plus obscurs à commencer par Bordeaux (attesté au 1er siècle av J.C. sous la forme Burdigala), dont l’étymologie n’a pas fini de faire couler de l’encre.

Cette couche préceltique a laissé quelques mots qui ont survécu dans le lexique dialectal et ont été producteurs de toponymes jusqu’à l’époque moderne : ainsi, artiga « défrichement », jauga « ajonc épineux », roc, roca « rocher », tap « talus », tuc, tuca, truc, cruca « butte », etc.

Parmi les formations celtiques, on peut citer Condat, du gaulois condate « confluent », ancien nom de Libourne conservé par un quartier de la ville. Une autre base étymologique est equoranda « limite d'eau », représentée par le nom de l'Engranne, rivière frontière entre les Bituriges Vivisques et les Vasates, et la Guirande, lieu-dit et gué sur un ruisseau à la frontière des Bituriges et des Santons. Dans Coutras (Corterate) on trouve le mot gaulois rate « rempart, forteresse ». Le mot gaulois ialo « clairière » a donné la terminaison -euil en français (-ulh en occitan) : Casseuil (avec cassanos « chêne »), Pineuilh (pinus « pin »), Verneuil (vernos « aulne »), Verteuil (radical obscur).

Bon nombre de mots gaulois sont restés en occitan et ont donné lieu à des formations bien postérieures : barta « broussailles », bruc, bruga « bruyère », brulh « bosquet », casse « chêne », clot « trou, mare », comba, coma « vallon », garena « bois », gorsa « haie, buisson », grava « gravier », landa « lande », nauda, nausa « marécage », rega « sillon », sesca « roseau aquatique », vèrn, vèrnhe « aulne », etc.

De formation latine, les noms des villas formés avec un nom de personne latin ou gaulois et les suffixes -anum > -an ou -acum > -ac constituent la majorité des noms de communes du département. On trouve ainsi Avensan (de Aventius + suff. -anum), Blaignan (de Blannius), Gaillan (Gallius), Léognan (Leonius), Le Taillan (Altilius). On rencontre parfois une forme plurielle -ans ou -as, du latin -anos : Mérignas s'explique par la locution Marinianos (agros) « les champs de Marinius ». La série en -ac est encore plus nombreuse : Aubiac (de Albius), Beychac (Bassius), Floirac (Florius), Juillac (Julius), Lussac (Lucius), Mérignac (Marinius), Pauillac (Paulius), Savignac (Sabinius). On a aussi le féminin -aca dans Flaujagues (Flaviaca villa « villa de Flavius »). Remontent aussi à la période gallo-romaine des noms comme Virelade < latin villa lata « domaine étendu », Castres < castra « camp (fortifié) », Cartelègue < quarta leuca (borne marquant la quatrième lieue sur la route partant de Blaye), Mazères, Madère < maceria « ruines », Croix d'Hins < fines « limite » (celle des Bituriges et des Boïens). Le ruisseau bordelais du Peugue < pelagus « mer » (parce que la marée y remonte). Les formations romanes ou occitanes constituent les gros bataillons de la micro toponymie qui s'est développée depuis un millénaire. Les toponymes se présentent tantôt sous une forme dialectale plus ou moins adaptée, tantôt carrément traduits en français (leur forme gasconne subsistant dans l'usage oral), ceci au hasard des caprices de ceux qui ont été amenés à les écrire : clercs, notaires et officiers seigneuriaux, royaux et républicains de toutes catégories. Ils concernent la nature ou les installations humaines :

Le relief : avec les nombreux toponymes formés sur Mont, Montagne, la Motte, etc. La forme locale de puy < latin podium est puch, dont les dérivés sont Pujols, le Pujeau, le Pouyau, la Pouyade, la Pujade. Labat signifie « la vallée », Bellebat « belle vallée ». La Coste, le Béchade désignent des versants ; la Combe, Conques et la Bache des vallons ou des bas-fonds.

La nature du sol : la Grave, le Grava, la Graveyre « terrain graveleux » ; Lardile, Argilas, l'Argileyre « terrain argileux », de même que Terrefort ; le Sabla, le Sablon, le Sablouney (nom de la grande dune du Pilat) « sable » ; la Peyre, Peyrous, la Peyrille « terrain pierreux » ; la Roque, Rouquey, la Rouquette, « rocher ».

Les eaux : sur le gascon aiga sont formés Layguebasse, Ayguemorte, Saint-Girons d'Aiguesvives, mais Goualade « eau large » et le ruisseau de la Gouaneyre « eau noire » remontent à une forme du gascon le plus archaïque agua ; le gascon riu « ruisseau » se trouve dans Larrieu, le Rivet, Riocaud, Larrivat ; d'autres cours d'eau sont nommés localement la Barade, la Craste, l'Estey, la Jale ; la Gourgue est un canal creusé de main d'homme, et la Clote une mare ; les étangs des landes mal drainées sont à l'origine de la Lagune, la Laguë, Lagunegrand ; les lieux marécageux s'appellent la Palu, Paludate, Bourideys, la Berle ; les sources ou fontaines sont représentées par la Font, Neuffons, Nauhons, la Hontane, Bellefond,

Fontcaude, les Ontines (pour les Hontines, ruisseau à Mérignac).

La végétation : l'Aubarède (saulaie), Laulan, Laulana (noisetier), Betouret (bouleau), la Brande, le Brana, Braneyre (grande bruyère), le Bruc, le Bruga (petite bruyère), la Brède (aubépine), Bemède, Bemada (aulnaie), le Carpe, Carpenet, le Carpia (charme), Casse, Cassevert, la Cassagne, Cassiet (chêne, chênaie), Castagney, Castanet (châtaignier), le Freyche (frêne), Geneste, Ginesta (genêt), le Huga, le Hougueyra (fougeraie), la Jaugue, l'Ayauga (ajonc épineux), le Nouguey, Nougarède (noyer), Omet, Loumède, Louloumet (ormeau), Poumey, Pomerol (pommier), la Sesque, Sesca (roseau des marais), etc. Les toponymes sylvestres sont le Bosc, le Bousquet, le Bouscat, la Garenne ; la Sauve, Seugues (du latin silva) ; le Breuil, la Barthe et le Luc ont été employés au Moyen Age ; Labatut est un bois abattu, un défrichement.

Les cultures : l'Artigue, l'Artigau, le Treytin rappellent les grands défrichements médiévaux ; Camps, Campgrand se rapportent à des champs, et le Prat, la Prade, Pradères à des prés ; la Courrège est un champ de forme allongée, et la Vigne, le Vignau, la Vignolle, la Vignasse, le Plantey sont des toponymes viticoles.

Les établissements industriels : Mouliets, le Mouliot sont de petits moulins (à eau ou à vent), mais la Mole, la Mouline ne désignent que des moulins à eau ; la Moulinasse est un moulin en ruines et le Moulia l'emplacement d'un moulin ; le Batan était le moulin à fouler les draps ; la Fargue, la Hargue, la Herreyre rappellent d'anciennes forges ou des lieux d'extraction du minerai de fer ; à la Teouleyre on cuisait les tuiles, et à la Carbouneyre le charbon de bois.

Les voies : la Caussade et la Vie peuvent garder le souvenir de voies romaines ; la Caminasse, la Caminade, la Caminotte, le Biot ne sont que des chemins ou des sentiers ; le Cayrehourc, la Hourcade, le Canton sont les noms des embranchements de routes ; on trouve au bord des ruisseaux la Palanque, le Pontet, la Pontrique « passerelle », sinon le Ga ou le Pas « gué » ; le Port, Portets « ports de rivière ».

Les habitations : Loustau, Loustauvieil, Loustauneau « la maison (vieille, neuve) » ; la ferme ou la métairie a été désignée autrefois par des noms comme la Borde, la Borie, le Mayne, peu usités aujourd'hui, de même que casau (« jardin » en gascon moderne) ; la Salle « manoir » ; Castets « châteaux », et le Castéra « emplacement d'un château » ; le Courtiou, le Parc, la Pargade sont des bergeries.

Les établissements religieux : la Gleyse, Gleysevieille rappellent des églises disparues ; la Capère, la Capelle « chapelle » : le Priourat, le Priolat « le prieuré ».

Texte extrait de Gironde, Encyclopédie Bonneton, 2002, Bénédicte Boyrie-Fénié, p.169-177.

La voirie désigne à la fois l'ensemble des voies de circulation (le réseau routier : routes, chemins, rues, etc.) et la nature et la structure de ces voies (voie unique, 2 x 2 voies, etc.).

Transporter, quoi et comment ?

Le transport, nom masculin,        du  latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre le plus souvent via des véhicules et des voies de communications (la route, le canal, la voie ferrée…)

On peut entendre aussi ce qui

- conduit (oléoducs, gazoducs, câbles électrique),

- transmet (les courants forts ou les courants faibles tels que les signaux, messages, informations...),

- fournit et approvisionne (gaz, électricité, eau, pétroles...)

Les voies de communication font partie des infrastructures et réseaux de transport, comme les ouvrages d'art (ponts, tunnels...) et les bâtiments (gares, parkings...) associés.

Le mode le plus ancien de transport es le transport à dos d'homme, limité par le poids ou l'encombrement des objets ou personnes à transporter, et source de diverses pathologies quand les charges sont trop lourdes.  Les bovins ont été parmi les premiers animaux domestiqués pour la traction et le transport de charges plus ou moins lourdes (en attelage), nécessitant souvent l'entretien de réseaux de chemins éventuellement drainés, damés et empierrés.

Le transport routier, encore en plein développement dans une grande partie du monde, est parmi les plus utilisés, mais source de pollution routière, d'intenses émissions de gaz à effet de serre, de fragmentation des paysages et milieux, d'accidents et confronté à ses limites (engorgements, empreinte écologique, périurbanisation...)

Le réseau routier de transport automobile est barré par les  fleuves et petits bras de mer qui peuvent être traversés par de ponts (grands ou petits), des tunnels, des bacs ou des ferrys.

Le transport maritime (plus de 80 % du transport de marchandises dans le monde) et fluvial permettent en exploitant le principe d'Archimède de transporter des masses plus importantes en consommant moins d'énergie.

Le transport ferroviaire, apparu plus récemment, et de plus en plus rapide, est un autre mode de transport en commun ou de marchandises. Il est réputé avoir une faible empreinte écologique, et contribué moins que les routes au morcellement écopaysager, sauf dans le cas des lignes TGV clôturées qui ne peuvent être traversées par les animaux. Les trains de marchandises, plus lourds et plus lents, voyagent préférentiellement de nuit. Ils sont un des éléments d'une chaine logistique multimodale plus large.

Le transport aérien est un mode de transport en très forte croissance depuis la seconde moitié du 20ème siècle, mais dont les impacts écologiques et climatiques sont importants.

Par assimilation, des actions de déplacements et de conduction ont été dénommées « transports », comme le transport d'électricité (qui s'effectue sur des réseaux de câbles électriques), de gaz, de pétrole, au travers de conduites, les pipelines qui  transportent rapidement de grandes quantités de liquides et de gaz.

Les transports sont un des facteurs de globalisation et de mondialisation, qui affecte l'environnement global et local, de jour comme de nuit, avec la pollution lumineuse et les collisions accidentelles avec la faune.

Les transports motorisés ont entrainé le développement d'une ingénierie urbaine, logistique et routière de plus en plus complexe. Le transport motorisé est par ailleurs une des sources majeures de pollution, avec par exemple en France 30 % environ des émissions de gaz à effet de serre. Les embouteillages, ainsi que la perte de temps et la pollution qu'ils génèrent, font parties des conséquences de la généralisation et densification du transport routier au XXème siècle.

Les transports en commun et en particulier le covoiturage peuvent diminuer les embouteillages, l'emprise urbaine et la pollution, tout en améliorant la sécurité. Le bus, éventuellement alimenté en agrocarburant, gaz naturel, hydrogène, électricité, est après le train, le mode de transport le plus économe en énergie et en infrastructures routières (par passager transporté).

 En ce qui concerne le « transport » d'informations et les télécommunications, il vaut mieux utiliser le mot « transmettre ».

La première ressource de la commune, c’est sa terre que les hommes cultivent depuis des siècles, les céréales, les prairies où l’on élève vaches et chevaux, la vigne aussi, les jardins pour les légumes, les marais… Nous regarderons les artisans et commerçants, mais aujourd’hui, l’industrie contemporaine a donné un tout autre aspect à la commune.

Le Médoc intime d’un enfant du pays.

Christian Coulon présente son livre « Médoc, les valeurs du lieu et autres textes » dans une rencontre animée par Jean-Jacques Fénié, agrégé de géographie, jeudi soir à la médiathèque municipale. « Le Médoc est pour moi cet univers intérieur et intime d'où je pars pour aller ailleurs, et où je reviens enrichi par cet ailleurs ». Dans son dernier ouvrage, le Blanquefortais Christian Coulon, professeur émérite de sciences politiques, spécialiste de l'Islam en Afrique, évoque, sous forme de chroniques mêlant le présent et le passé, le pays qui l'a vu naître. L'auteur de « Médoc, les valeurs du lieu et autres textes », ne cache pas son « empathie » avec ce territoire qui lui est cher. Mais son expérience d'universitaire, parti dans sa jeunesse étudier aux États-Unis, l'incite à garder ses distances. « Tout au long de cet essai, je m'attache à repérer les sites, les personnages, les expériences, les écrits qui sont autant de témoignages de cette dynamique de notre culture locale » écrit en préambule Christian Coulon. Il tient, toutefois, à souligner qu'il ne fait pas du Médoc « un paradis ». Sans chauvinisme et loin des clichés, il est conscient qu'une forte identité locale peut aussi conduire à une forme d'enfermement. « Je sais bien, pour parler comme Claude Lévi-Strauss, que l'humanité ne cesse pas aux frontières de ma tribu et que la diversité est la plus grande richesse de notre planète » prévient-il.

Né à Lamarque, où il possède toujours une maison, Christian Coulon, 72 ans, est en effet intarissable lorsqu'il est question du Médoc. Il revient avec plaisir sur son enfance. Fils d'un couple de charcutiers, cet universitaire à la retraite, aime à évoquer ses grands-parents maternels, gemmeurs à Carcans. On comprend mieux alors son attachement à ce pays et aussi à la langue occitane qu'il parle depuis toujours. En fait, cette promenade littéraire en pays de Médoc est l'occasion d'une galerie de portraits, de Pey Berland à Stéphane Lull, entrepreneur de Gaillan, spécialisé dans les matériaux composites. Au fil des pages, on voyage entre le Médoc océanique et le Médoc des vins. Entre le sud, qui se développe le nord plus traditionnel, pays « solitaire et sauvage » pour reprendre, avec l'auteur, les mots de La Boétie.

Christian Coulon consacre un chapitre à Blanquefort, son positionnement charnière entre la Communauté urbaine et le reste de « l'enclave médocaine ». « Entre Ford et le vignoble, Blanquefort m'apparaît comme le lieu d'invention d'une nouvelle vision de la cité » écrit-il, tout en soulignant que cette ville est aussi « médoquine de par son appartenance au Haut-Médoc étant la première commune au sud de cette appellation ». « Je m'obstine à penser que le Médoc constitue un terrain d'observation particulièrement riche et pertinent pour comprendre cette France périphérique dont il est beaucoup question ces temps-ci ».

Article du journal Sud-ouest du 23 septembre 2014, Christine Morice.

Le patrimoine du canton est particulièrement riche, en particulier de par sa proximité avec la ville de Bordeaux, dont la plupart des grandes familles avaient une maison d’été dans la ceinture verte des environs.

Nous présenterons successivement :

- les châteaux et belles demeures

- les maisons basses

- les moulins, lavoirs, puits…

- l’église et le cimetière figurent dans la rubrique : vie religieuse.

- les écoles dans la rubrique : population.

Qu'est-ce qu'un monument historique ?

Les édifices désignés comme monuments historiques sont les « immeubles dont la conservation présente, au point de vue de l’histoire ou de l’art, un intérêt public » (loi du 31 décembre 1913).
Il existe deux niveaux de protection :
- le classement comme monument historique qui est le plus haut niveau de protection,
- l’inscription simple au titre des monuments historiques (autrefois appelée « inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques »).

Le classement d’un bâtiment aux monuments historiques concerne l’extérieur de l’édifice, l’intérieur et ses abords. La loi impose le droit de regard sur toute intervention envisagée à l’intérieur d’un périmètre de protection de 500 mètres de rayon autour des édifices protégés. Le classement peut s’appliquer à des monuments, mais aussi à des jardins et à des objets mobiliers présentant un intérêt historique : orgues, cloches, armes, tableaux…
Un immeuble classé ne peut être détruit ou déplacé même en partie, ni être l’objet d’un travail de restauration, de réparation ou de modification quelconque si le Ministère des Affaires Culturelles n’a pas donné son consentement. C’est un régime d’autorisation. Le classement ne vise pas à geler un site ou un édifice dans un état donné, mais à contrôler son évolution pour préserver son caractère et son intégralité.

Pour plus d'information consulter le site du ministère de la culture : http://www.culture.fr/Ressources/Moteur-Collections/Autres-focus/Institutionnel/Les-100-ans-de-la-loi-relative-aux-monuments-historiques

Le canton vu du ciel.

« Plein ciel sur le Médoc », ce très beau livre nous fait découvrir le Médoc vu du ciel avec une présentation ciblée du patrimoine ; les photos ont été prises par Michel Berger et les textes sont de Sophie Boisseau.

canton-vu-du-ciel

 

Ce livre montre les principaux monuments de nombreuses communes du Médoc photographiés depuis un hélicoptère ou un ULM, en 2003 et 2007-2008.

Nous avons sélectionné les communes qui concernent notre site, et nous remercions chaleureusement les auteurs qui nous ont donné leur accord pour cette reproduction.

Plein ciel sur le Médoc, photos de Michel Berger, et textes de Sophie Boisseau, Berger M Editions, 2008, 352 pages.

Vous pouvez consulter pour chacune des communes suivantes dans Patrimoine / vu du ciel : Blanquefort, Eysines, le Pian-Médoc, le Taillan-Médoc, Ludon-Médoc, Macau, Parempuyre et Saint-Aubin.

 

Le nouveau PLU 3.1 de la Métropole de Bordeaux.

Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la Communauté Urbaine de Bordeaux (La Cub) avait succédé au Plan d’Occupation des Sols (POS) en juillet 2006. De réglementaire le document d’urbanisme est devenu stratégique. Depuis, le PLU a fait l’objet d’évolutions dans le cadre de procédures de modification et de révision simplifiées. Cette procédure doit tenir compte à la fois du contexte local (notamment révision du SCOT en cours) et des récentes évolutions législatives. Ainsi le PLU de la Cub doit intégrer le PLH (Programme Local de l’Habitat) et le PDU (Plan des Déplacements Urbains) et deviendra le PLU 3.1. La décision d’engager une révision générale du PLU a été adoptée par le Conseil de Communauté le 24 septembre 2010 et le 15 novembre 2010 : lancement de la première révision du PLU 3.1.

Les communes de notre secteur d’études concernées par ce PLU font partie de la Métropole de Bordeaux. C’est de cette volumineuse étude que sont tirés les articles suivants qui seront référencés « PLU 3.1 en 2015. »

Un article par type de protections patrimoniales citées au PLU 3.1 :

  • bâties des châteaux 
  • bâties des maisons bourgeoises  
  • bâties des échoppes et maisons  
  • bâties des édifices religieux 
  • bâties des édifices agricoles  
  • bâties et/ou paysagères des moulins à eau  
  • bâties et/ou paysagères des lavoirs 
  • des arbres isolés 
  • et les continuités paysagères

Ce canton possède un patrimoine important de châteaux et de belles demeures et les habitants ont la chance de pouvoir en visiter la plupart. Certains sont menacés par l’usure du temps et demandent un sérieux effort de sauvegarde.

Nous vous proposons de les découvrir dans leur grande variété , mais tout d’abord précisons les termes employés à leur sujet.

Bourdieu : Un bourdieu dans la région – bordiu en gascon - est connu dès le 13ème siècle pour désigner un bâtiment associé à une fonction viticole. On peut le rapprocher des maisons de campagne construites au 17ème siècle en pays bordelais : « long corps de logis composé d’un pavillon central à trois niveaux flanqué de deux ailes à étages dont les parties extrêmes, marquées par ces chaînes à bossage saillant, étaient elles-mêmes en ressaut sur les deux façades. Le décor, plus récent, devait être réalisé en pierres de taille plaquées sur une partie des murs plus anciens en mœllons, le reste étant recouvert d’un enduit blanc à la chaux… Les pièces en haut comme en bas étaient très grandes, pas de chauffage mais de très grandes cheminées. La propriété était entourée d’un grand terrain où poussaient de nombreux arbres, cerisiers, noyers, gros chênes et un gros magnolia… » (Alain Tridant, Château Dillon, Publications du GA.H.BLE, 1998, p. 39).

Chalet : mot de Suisse romande, de cala abri.
De la cabane d’alpage en pierre sèche ou en bois où l’on fait des fromages, on passe à une habitation alpine trapue, à galeries et toit débordant, puis à une villa ou habitation de même silhouette en matériaux rustiques, souvent à balcons et lambrequins, ornement en bois ou en métal, bordant un auvent en bois découpé (Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, 1982).

Chartreuse : d’un couvent de chartreux, on est passé au sens un peu vieilli d’une petite maison de campagne isolée, mais aussi localement une maison de style classique en pierre blonde de Gironde, typique du bordelais ( Grand dictionnaire encyclopédique Larousse 1982).
« Une chartreuse en région bordelaise est une maison de campagne « bâtie par des aristocrates à l’écart des bruits de la ville » (Albert Rêche, Bordeaux et ses vignobles, Beautés de la France n° 72, Larousse, 14 mars 1977), parallèlement au développement de la culture de la vigne, à partir de la fin du 17ème siècle. Elles sont en général sans étage et ouvrent sur une terrasse et un jardin ; leur pavillon central est marqué par un léger ressaut avec un fronton en façade » (Alain Tridant, Château Dillon, Publications du GA.H.BLE, 1998, p. 49).

Château : du latin castellum forteresse, diminutif de castrum camp.
C’est au départ une habitation seigneuriale ou royale (au sens de palais), une demeure féodale fortifiée, défendue par un fossé, des murailles et des tours (au sens de château-fort), puis une grande et belle maison de plaisance à la campagne. Dans le Bordelais, suivi d’un nom propre et avec majuscule, ce mot désigne une maison même modeste et ses vignes attenantes qui produisent un grand cru de vin. (Grand dictionnaire encyclopédique Larousse 1982).
« Un château désigne dans le Bordelais toute propriété dont l’exploitation viticole dispose d’une installation de vinification autonome et d’un territoire parfaitement cadastré ; petit à petit, le terme a été identifié et s’est substitué à celui de cru (du verbe croître) ; le mot était déjà utilisé au milieu du 14ème siècle et désigne la production viticole proprement dite - et par extension le terroir – du domaine concerné. De ce fait, la propriété peut très bien ne pas être dotée d’un château de pierre, au sens architectural du terme, et se contenter d’une simple demeure rurale, voire ne comprendre aucune construction. Il y a aujourd’hui 5 000 « châteaux » dans l’aire bordelaise d’appellation contrôlée » (Alain Tridant, Château Dillon, Publications du GA.H.BLE 1998, p. 49).

Clos : latin médiéval clausum espace clos. Parcelle cultivée et fermée de murs ou de haies, près des maisons. Se dit notamment en parlant d’une vigne. Par extension, demeure entourée de clôtures. Un lieu-dit de la commune de Blanquefort, proche de l’église, porte ce nom.

Demeure : maison généralement belle ou importante.

Domaine : terre possédée par un propriétaire, un domaine vinicole peut désigner un château ou un clos.

Pavillon : petite maison dans un parc ou un jardin.

Villa : du latin villa = maison de campagne.
Le sens le plus connu est sans doute celui de maison de plaisance située dans un lieu de villégiature, mais on l’emploie aussi dans le sens d’une maison individuelle située en banlieue, en général plus luxueuse qu’un pavillon. Dans l’antiquité romaine, c’est un domaine rural ou une riche demeure de villégiature (Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, 1982).

Henri Bret.

Au cours du 19ème siècle, les riches Bordelais, propriétaires de domaines aux environs de Bordeaux, rivalisaient entre eux. Ils avaient des vignes qui leur rapportaient de bons revenus, ils vivaient l’été dans leurs « résidences secondaires » et cherchaient par l’originalité de leurs aménagements à marquer les esprits de leurs visiteurs.

Parmi ces marqueurs sociaux, on retrouve la grandeur et la beauté de la demeure, la majesté du portail, le vivier si un cours d’eau est proche, parfois une vacherie, une serre, un jardin et sans doute le plus impressionnant un parc constitué d’essences rares et exotiques.

Texte d'Henri Bret.

Les musées et les collectionneurs de nos communes.

Des hommes et des femmes passionnés par tel ou tel aspect de notre histoire et de notre environnement ont créé des structures pour abriter des collections des objets de notre passé aussi bien que du présent.

En voici un premier répertoire que nous vous invitons à compléter

Blanquefort : un musée du vin 

Eysines : un collectionneur de matériel agricole ancien , un collectionneur de plaques de verre, un collectionneur de postes de radio , l'écomusée du maraîchage et le centre d'art Contemporain au château Lescombes 

Le Taillan-Médoc : un collectionneur d'appareils photo 

Parempuyre :le musée militaire Léopold Michel Montoya, une collectionneuse d’étiquettes de vins 

Saint-Médard-en-jalles : une collection de machines à vapeur

En 1778, dans l'arsenal de Rochefort sur une cale de construction proche de la Corderie Royale, l'hermione était mise en chantier.

Navire de plus de 65 mètres de longueur hors tout, doté d'une voilure de 1500 m2 répartie sur trois mâts, l'Hermione fut construite sur les plans de l'ingénieur Chevillard Aîné.

Elle faisait partie, avec la Courageuse, la Concorde, et la Fée d'une série de quatre frégates mises en chantier à Rochefort.

Appartenant à la catégorie des frégates dîtes légères, caractérisées par leur vitesse et leur maniabilité, l'Hermione était équipée de 26 canons tirant des boulets de 12 livres, d'où son nom de "frégate de 12".

Longue de 44,20 m, large de plus de 11m, la frégate nécessita 11 mois de travail pour des centaines de charpentiers, forgerons, perceurs, vloueurs, calfats, ...., bagnards, ... pour un total de plus de 35 000 journées de travail.

Dans cette rubrique, vous trouverez les caractéristiques de l’organisation de la vie de la commune, les personnalités qui l’ont marqué, la langue et la démographie…

La langue parlée durant plusieurs siècles a été une langue gasconne.

Cette langue que certains de nos concitoyens réapprennent à parler aujourd’hui a fortement marqué les relations familiales et humaines et même le territoire puisqu’aujourd’hui un bon nombre de toponymes sont nettement d’origine gasconne. Cette langue est caractérisée entre autres par son vocabulaire, ses tournures et originalités grammaticales, elle a en particulier fleuri dans les chaffres locaux, elle a son accent, sa verdeur, son humour (ah ! les histoires gasconnes !). Aujourd’hui, encore, elle divise les habitants dans la façon de prononcer plusieurs lieux-dits.

C'est un principe philosophique, juridique et moral fondamental en vertu duquel les actions humaines doivent être sanctionnées ou récompensées en fonction de leur mérite au regard du droit, de la morale, de la vertu ou autres sources prescriptives de comportements. Quoique la justice soit un principe à portée universelle, le juste apparaît pouvoir varier en fonction de facteurs culturels. La justice est un idéal souvent jugé fondamentalement pour la vie sociale et la civilisation. En tant qu’institution, sans lien nécessaire avec la notion, elle est jugée fondamentale pour faire respecter les lois de l’autorité en place, légitime ou pas. La justice est censée punir quiconque ne respectant pas une loi au sein de sa société avec une sanction ayant pour but de lui apprendre la loi et parfois de contribuer à la réparation des torts faits à autrui, au patrimoine privé ou commun ou à l'environnement.

Texte extrait de wikipedia