Le Taillan-Médoc

Le nom du Taillan se rattache vraisemblablement au nom du tilleul, arbre qui poussait à l’état naturel dans la région. Tilleul, du latin tilia, tilius a donné avec le dérivé anum Telhan. Le nom de la paroisse est cité en 1027. Le latin Tilius a donné aussi le Thil.

Anne Cavignac, Les noms de lieux du canton de Blanquefort, École des Chartes, 1968.

(Le) Taillan-Médoc est une commune résidentielle de la banlieue NO de Bordeaux (Gironde) dans le canton de Saint-Médard-en-Jalles, au nord des Jalles d’Eysines et du Taillan et à l’ouest de Blanquefort.

8 900 hab. (Taillanais), 1 516 ha, avec lycée général public, supermarché Carrefour (40 sal.), négoce de vêtements publicitaires Maillet (30 sal.); plusieurs châteaux dont celui de Taillan ou de la Dame Blanche (17e-18e s., 30 ha de vignes) à l'est, de Lagorce (19e s.) au nord-est, Durac (18e s.), mais la commune ne cultive que 35 ha de vignes; ensemble de lotissements bordés par la forêt. La D 1 vers le Verdon traverse la commune du sud au nord, la N 215 passe dans la partie sud-occidentale ; la partie occidentale de la commune est dans les bois.

Le nom était Le Taillan jusqu’en 1925; elle avait alors 1 300 habitants. L’essor est des années 1960 : 2 800 habitants en 1968, 4 000 en 1975 ; la croissance se poursuit et la commune a encore gagné 900 habitants entre 1999 et 2008. (texte issu du site  www.tresordesregions.fr)

Introduction à la géographie humaine.

Nous proposons l’étude du déroulement de la vie à travers le changement de l’espace, comment nos ancêtres ont structuré leur village en tenant compte des réalités géographiques dans lesquelles ils vivaient dans les rubriques suivantes :
- le peuplement,
- la démographie et les recensements,
- la toponymie,
- la voirie,
- les transports,                                                                                                                                                                                                                                                                             - l’économie.
« La géographie humaine est l'étude spatiale des activités humaines à la surface du globe, donc l'étude de l'écoumène, c'est-à-dire des régions habitées par l'homme.
Cette branche de la géographie est donc par définition une science humaine.
Ses domaines sont très variés et font appel aussi bien à la démographie, à la sociologie, à l'économie, à l'histoire, au droit ou encore à la politique.

La géographie humaine comprend elle-même de nombreuses spécialités :
- la géographie de la population
- la géographie rurale
- la géographie urbaine
- la géographie sociale
- la géographie économique
- la géographie des transports
- la géographie politique
- la géographie culturelle
- la géographie religieuse ».

Les autres rubriques seront abordées dans le chapitre de la population : vie culturelle, vie politique, vie religieuse, loisirs, la langue.